Pacte – Thèmes – Société

La démarche «villes en transition» implique la recherche et l’expérimentation de solutions locales aux problèmes planétaires. Trop souvent, cette transition est pensée par des expert.es, repris par les institutions, et arrive sur le terrain sous forme de commandements. Ce schéma du «haut» vers le «bas» ne fonctionne pas correctement pour de multiples raisons suivant les territoires. Le fossé qui se creuse entre les citoyen.ne.s et élu.e.s prouve le dysfonctionnement de ce sens unique vertical.  Les actions de la transition doivent s’adapter aux localités. Elle se fondent sur l’autonomie intellectuelle et la démocratie participative. Celles-ci ne se décrètent pas, mais se construisent à chaque instant. Dans cette construction, cette passerelle pour franchir le fossé, il importe que les visions du monde des habitants soient comprises et exprimées : c’est la condition nécessaire pour que les projets reflètent les désirs réels et fondamentaux des habitants, au-delà des barrières du langage, des timidités, des fatalismes. Tout le monde a le droit non seulement de s’exprimer, mais d’être entendu et compris : car chacun détient sa part d’expertise et de solutions aux problèmes qui nous occupent. Les villes en transition c’est aussi reconnaître la valeur des paroles des habitants, une forme de laboratoire pour nous-mêmes et pour les autres. 

Une autonomie intellectuelle se conçoit dans «le penser par soi-même» en se libérant du joug consumériste, du conditionnement publicitaire, de la dictature de la pensée unique. Le «penser par soi-même» n’est en aucun cas une pensée égoïste, au contraire il en ressort davantage des pensées collective , une prise en compte de l’intérêt général quand on apporte les conditions favorables à une réelle démocratie participative.

En élargissant le champ d’action, sans culpabilisation, sans fatalisme sur la base d’une prise de conscience générale, la population entreprenante et créative peut déclencher son génie collectif apportant mille et une solutions pour construire des modes de vie plus reliés, plus enrichissants et qui reconnaissent les limites biologiques de notre planète. 

 

RESSOURCES